Mon homme au foyer

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 5 mai 2008

L'avis des usagers du PAF, récap

Nos enfants sont, finalement, les premiers concernés par notre choix. Celui d'inverser certains rôles au sein du foyer. Alors de temps en temps, je vérifie ce qu'ils en pensent. Rétrospective, âge par âge.


8 ans
Mimicha, quand elle sera grande, aura un homme au foyer parce que les enfants sont casse-pieds. C'est ici.

7 ans
Mimicha choisit la profession de femme au foyer. C'est ici.
Roudoudou, lui, ira travailler avec ses copains. Ici.

6 ans, 5 ans
Mimicha râle qu'un père au foyer, ça ne fait jamais ce qu'il faut à manger.
Dans le même billet, Roudoudou, 5 ans, aimerait qu'aucun de ses parents ne travaillent.

C'est ici, ou alors page 97 de Mon homme au foyer, le livre en papier
(qu'on peut feuilleter ci dessous, et si on veut lire en gros faut cliquer dessus et ça l'ouvre en entier )

15 mois
Bébécoeur aussi a un avis, il n'y a pas de raison. C'est ici et page 36 de Mon homme au foyer, livre.

dimanche 4 mai 2008

Sondage pluriannuel des usagers du PAF. Interview de Mimicha, 8 ans

Nos enfants sont, finalement, les premiers concernés par notre choix. Celui d'inverser certains rôles au sein du foyer. Alors de temps en temps, je vérifie ce qu'ils en pensent.

Moi (à Mimicha, 8 ans): Quand tu seras grande, si tu as un mari et des enfants, sais-tu si l'un de vous sera parent au foyer?

Mimicha (sans l'ombre d'un doute): Ah, moi je travaillerai et ce sera lui qui s'occupera des enfants.

Moi (creusons, creusons): Et ça ne t'intéresse pas, toi, de t'occuper des enfants?

Mimicha: Si, mais grnakgrgarmimomchmo.

Moi: Kestudiiiiii? J'ai pas compris.

Mimicha: Si, mais pas quand ils sont CHI*NTS.

Ah, ok Mimicha.

D'ailleurs, moi, quand je vais jouer au travail avec mes copains, ce n'est pas pour fuir mes gamins. Mes gamins ne sont pas casse-pied. Ils sont mignons, affectueux, intéressants, pleins de vie.

(En fait je fuis pas plutôt les courses, la cuisine, le ménage, le linge sale, mais ne le dites pas à Papazon)



mercredi 23 avril 2008

Sondage pluriannuel des usagers du PAF. Interview de Roudoudou, 7 ans

Nos enfants sont, finalement, les premiers concernés par notre choix. Celui d'inverser certains rôles au sein du foyer. Alors de temps en temps, je vérifie ce qu'ils en pensent.


Moi (à Roudoudou, 7 ans): Quand tu seras grand, si tu as une femme et des enfants, c'est plutôt toi qui travailleras ou bien peut-être tu resteras plus à la maison pour t'occuper des enfants?

Roudoudou (sans l'ombre d'un doute): Ah moi, j'irai au boulot avec mes copains.

(Woualà, c'est exactement comme moi, je vais au boulot pour jouer avec mes copains)

lundi 21 avril 2008

Sondage pluriannuel des usagers du PAF. Interview de Bébécoeur, 5 ans

Nos enfants sont, finalement, les premiers concernés par notre choix. Celui d'inverser certains rôles au sein du foyer. Alors de temps en temps, je vérifie ce qu'ils en pensent.

Moi (à Bébécoeur, 5 ans): Es-tu satisfaite du fait que papa est père au foyer?

Bébécoeur: Ça veut dire quoi, père au foyer?

(Bon. Jusqu'à présent, elle n'a rien remarqué. On peut continuer)

samedi 22 mars 2008

Ils sont bien élevés

Un vieux sage du village, accoudé au comptoir, parle à Papazon.

Le vieux: Toi mon gars, on t'entend arriver de loin tellement tu parles fort,

(tu m'étonnes, Papazon dans la rue avec ses 4 ou 5 pioupioux, on dirait qu'il coache un troupeau d'oies)

Le vieux: ...mais tes gamins, ils sont bien élevés.

Papazon boit du petit lait.
Elever les gamins, c'est son job, et il adore les compliments.

vendredi 7 mars 2008

Coq en pâte

Toute cette semaine, Papazon s'est levé avant 7 heures.

Comme tous les jours d'école de toutes les semaines. Il s'occupe du lever, du déjeuner, de l'habillage et de l'amenage des enfants scolarisés (quatre).


On va faire comme si moi, pendant ce temps, j'étais déjà au boulot.

Mais en fait, non, cette semaine, je travaille tard le matin. Parce que je travaille tard le soir.

Alors, en vrai, je suis au fond de mon lit.

Dans un semi sommeil béat, je me hume avec délectation les bruits de maison, les piou piou qui piaillent, les sons familiers du petit déjeuner. Puis les enfants viennent me dire au revoir dans le lit et partent à l'école.

Trop cool.

Suis un vrai coq en pâte.
(c'est quoi, le féminin de coq en pâte? Existe pas encore? A inventer.)



mardi 29 janvier 2008

Mamazon est un boulet (conclusion): en fait, c'est un complot

En semaine, parfois, j'habite chez mes parents. Ils gardent Lulubelle, 10 mois, et moi je pars travailler le matin après avoir avalé un vrai café préparé par mon père la veille pour que je n'aie plus qu'à appuyer sur le bouton, parce que sinon je lui faisais trop pitié à boire un vilain café soluble, mais de toute façon mon père se lève aussi au cas où j'oublie de régler mon réveil et puis aussi il doit vérifier que je pars bien avec toutes mes affaires sinon je ne peux pas travailler.

Récapitulons:

  • On me fait mon café (Papazon, ou mon père)

    La veille: verser de l'eau dans la machine à café, placer un filtre, le remplir de café en poudre ; le matin: appuyer sur le bouton.

  • On me réveille (Papazon, ou mon père)

    La veille: programmer le réveil ; le matin: me secouer.

    .
  • On vérifie l'intégrité de mes bagages (Papazon, ou mon père)

    Connaître la liste des affaires indispensables à mon travail. Avant mon départ: identifier ce qui manque. Après mon départ: vérifier que je n'ai rien laissé dans l'entrée.

Voilà.

En fait, tout ça c'est encore un complot du grand machisme pour maintenir les femmes sous dépendance (technologie, savoir-faire, initiative organisationnelle).

Y'a encore du boulot, les filles.

 

vendredi 25 janvier 2008

Mamazon est un boulet (3): je pars travailler en oubliant mes affaires

Rappel des épisodes précédents:

En semaine, parfois, j'habite chez mes parents. Ils gardent Lulubelle, 10 mois, et moi je pars travailler le matin après avoir avalé un vrai café préparé par mon père la veille pour que je n'aie plus qu'à appuyer sur le bouton, parce que sinon je lui faisais trop pitié à boire un vilain café soluble, mais de toute façon mon père se lève aussi au cas où j'oublie de régler mon réveil.


Troisième jour
Réveil ok.
Café ok.
Suis dans le bus qui roule vers la gare.
Téléphone sonne.
C'est Papa (mon père, quoi).

Papa: C'est normal que tu n'aies pas pris ton ordinateur portable? Nan, je demande, parce qu'il est là, dans l'entrée.

Meurdre, mon portable. Je ne peux pas travailler si je n'ai pas mon portable. Et là, justement, je pars travailler. Sans mon portable. 


Alors, mon père s'habille, saute dans sa voiture, me rejoint à la gare et me transfère mon portable.


(c'est donc que moi, à la maison, mon mari me fait un check-up complet quand je vais bosser? Possible. Mais discret. M'en suis jamais rendu compte)

vendredi 11 janvier 2008

Mamazon est un boulet (2): le réveil matin

Rappel des épisodes précédents:

En semaine, parfois, j'habite chez mes parents. Ils gardent Lulubelle, 10 mois, et moi je pars travailler le matin après avoir avalé un vrai café préparé par mon père la veille pour que je n'aie plus qu'à appuyer sur le bouton, parce que sinon je lui faisais trop pitié à boire un vilain café soluble.

Deuxième jour

8 heures. Papa (mon père, quoi) frappe à la porte de la chambre où je dors avec Lulubelle

et à côté de mon téléphone, dont j'ai oublié de programmer la sonnerie à sept heures et demie de manière à partir vers huit heures.



Papa: Tu as prévu de te lever à quelle heure? Nan je demande juste parce qu'il est huit heures, là.

(évidemment, à la maison, c'est Papazon qui s'occupe, chaque soir, de régler le réveil. Après, on s'habitue, on perd ses compétences, on devient dépendante et on compte sur papa pour arriver à l'heure au boulot. La honte, un peu)


jeudi 3 janvier 2008

Mamazon est un boulet (1): le café soluble

En semaine, parfois, j'habite chez mes parents.

Ils gardent Lulubelle, 10 mois, je vais travailler et je rentre le soir dormir et je repars travailler le lendemain.


Premier jour

7 heures 30.

Je me lève, tout le monde dort, j'erre dans la cuisine à la recherche d'un truc à boire.

Résultat: café soluble.


21 heures.

Papa (mon père, quoi) débarrasse la table du dîner. Puis il met de l'eau dans la cafetière électrique. Place un filtre. Le remplit de café en poudre.

Papa: Comme ça, demain, tu auras juste à appuyer sur le bouton.

(ben oui, moi à la maison mon mari me prépare mon café tous les matins. On s'habitue et on en perd ses compétences. Mon père a eu pitié de moi. C'est chouette, les mecs)

- page 3 de 17 -