En semaine, parfois, j'habite chez mes parents. Ils gardent Lulubelle, 10 mois, et moi je pars travailler le matin après avoir avalé un vrai café préparé par mon père la veille pour que je n'aie plus qu'à appuyer sur le bouton, parce que sinon je lui faisais trop pitié à boire un vilain café soluble, mais de toute façon mon père se lève aussi au cas où j'oublie de régler mon réveil et puis aussi il doit vérifier que je pars bien avec toutes mes affaires sinon je ne peux pas travailler.

Récapitulons:

  • On me fait mon café (Papazon, ou mon père)

    La veille: verser de l'eau dans la machine à café, placer un filtre, le remplir de café en poudre ; le matin: appuyer sur le bouton.

  • On me réveille (Papazon, ou mon père)

    La veille: programmer le réveil ; le matin: me secouer.

    .
  • On vérifie l'intégrité de mes bagages (Papazon, ou mon père)

    Connaître la liste des affaires indispensables à mon travail. Avant mon départ: identifier ce qui manque. Après mon départ: vérifier que je n'ai rien laissé dans l'entrée.

Voilà.

En fait, tout ça c'est encore un complot du grand machisme pour maintenir les femmes sous dépendance (technologie, savoir-faire, initiative organisationnelle).

Y'a encore du boulot, les filles.