Nos enfants sont, finalement, les premiers concernés par notre choix. Celui d'inverser certains rôles au sein du foyer. Alors de temps en temps, je vérifie ce qu'ils en pensent.

Moi (à Mimicha, 8 ans): Quand tu seras grande, si tu as un mari et des enfants, sais-tu si l'un de vous sera parent au foyer?

Mimicha (sans l'ombre d'un doute): Ah, moi je travaillerai et ce sera lui qui s'occupera des enfants.

Moi (creusons, creusons): Et ça ne t'intéresse pas, toi, de t'occuper des enfants?

Mimicha: Si, mais grnakgrgarmimomchmo.

Moi: Kestudiiiiii? J'ai pas compris.

Mimicha: Si, mais pas quand ils sont CHI*NTS.

Ah, ok Mimicha.

D'ailleurs, moi, quand je vais jouer au travail avec mes copains, ce n'est pas pour fuir mes gamins. Mes gamins ne sont pas casse-pied. Ils sont mignons, affectueux, intéressants, pleins de vie.

(En fait je fuis pas plutôt les courses, la cuisine, le ménage, le linge sale, mais ne le dites pas à Papazon)